Appelez-nous au 04 73 35 25 26 ou écrivez-nous : alf@fit-formation.net

L’Atelier Français Compétences Professionnelles

A Clermont-Ferrand, Job Agglo anime un atelier Français Compétences Professionnelles.

Cet atelier a pour but l’apprentissage de la langue professionnelle afin de favoriser l’accès à l’emploi des demandeurs d’emploi les plus en difficulté.

Etaient présents à l’entretien :
- Mr Cédric Gardette, responsable d’équipe Pôle Emploi Nord
- Mme Sandra Bernard, coordinatrice de la plate-forme de services de Champratel
- Mr Pierre Caminada, directeur de Job’agglo
- Mme Akila Mohammed ou Said, formatrice FLE au sein de Job’agglo

[(Quelle est l’origine de cette action ?)] Nous sommes partis du constat que l’offre de formation linguistique actuelle, s’avérait, dans certaines situations, encore insuffisante pour répondre aux besoins très spécifiques des demandeurs d’emploi les plus en difficulté.
En effet, sur Clermont Nord, un certain nombre de demandeurs d’emploi se retrouvent sans solution d’orientation professionnelle au regard de leur niveau de qualification faible (infra V) et de leurs difficultés langagières importantes.
L’objectif était donc de proposer à ces publics des prestations modulaires qui viseraient, au moyen de l’apprentissage de la langue professionnelle, l’accès à l’emploi et de permettre ainsi aux demandeurs d’emploi d’arriver sur le marché du travail avec tous les outils nécessaires pour faciliter leur embauche et leur maintien sur l’emploi.

[(Dans quel cadre se déploie votre action et quelles sont les modalités d’accès ?)] En 2010, dans le cadre de la politique de la ville, un appel à projet financé par l’ACSE a permis de répondre à ce besoin.
Un atelier « Français Compétences professionnelles », assuré par le prestataire Job’agglo, a donc vu le jour et accueille 20 personnes par an en formation (2 groupes de 10 personnes).
Les prescriptions se font uniquement par le biais de Pôle Emploi Nord et le nombre de personnes accueillies sur ces groupes est limité afin d’assurer la qualité optimale de la prestation linguistique.

[(Comment est organisée la formation ?)] La formation se décline sur une durée d’un an à hauteur de 4heures par semaine.
2 groupes de 10 personnes reçoivent cette formation sur l’année.
Les groupes sont hétérogènes et mixtes, avec une majorité de femmes.

[(Quelle démarche est adoptée à travers cet atelier ?)] Toutes les personnes accueillies sont demandeuses d’emploi inscrites sur Pôle Emploi Nord, ayant un projet professionnel et présentant des difficultés en langue française.
Akila Mohammed ou Said, conseillère emploi et formatrice FLE travaille en profondeur avec des participants de toutes nationalités, de tous âges et de tous niveaux confondus, sur la dynamique de groupe, l’entraide, la mise en situation collective et participative d’actes de la vie quotidienne et professionnelles.
Ces deux noyaux durs que sont l’accès à l’autonomie au quotidien et à l’emploi permettent de moduler réellement le contenu pédagogique en fonction des attentes et des besoins concrets des personnes.

[(Quels sont vos objectifs pédagogiques ?)] L’objectif est de travailler le français à travers une mise en immersion concrète dans la vie de tous les jours.
On apprend aux stagiaires à comprendre d’une part l’environnement socioprofessionnel dans lequel ils vivent (codes, principes, valeurs) et à avoir une démarche autonome et active vis-à-vis de l’emploi (recherche d’emploi, entretiens d’embauches, connaissances des métiers, etc.).
Enfin, un accent particulier est mis sur les métiers du nettoyage et du bâtiment, secteurs en tension sur le bassin clermontois.
Afin de valider cet apprentissage, nous présentons les participants aux certifications officielles : DILF et DELF.
Ce diplôme est très important aussi bien pour faire reconnaitre les compétences acquises des personnes sur le marché du travail mais aussi pour les personnes elles-mêmes, pour leur fierté personnelle.

[(En quoi cet atelier est-il un vecteur vers l’insertion socioprofessionnelle ?)] Cet atelier allie compétences socioprofessionnelles et compétences linguistiques à travers la déclinaison de modules structurés à partir d’objectifs pratiques à atteindre :
Ex : Savoir prendre un rendez-vous, comprendre un document administratif, lire et répondre à une annonce d’emploi, préparer un entretien d’embauche, etc.
Le français doit toujours être contextualisé et s’appuyer sur des supports authentiques, afin que l’objectif d’insertion sociale et professionnelle soit le fil conducteur du programme d’apprentissage.

[(Un exemple de mise en situation ?)] Une des premières nécessités est de faire comprendre aux participants les codes de la vie sociale et professionnelle.

Une petite anecdote : « Lors d’un entretien dans le cadre d’un suivi professionnel, une personne est venue me voir, très énervée. En effet, son entretien d’embauche de la veille avait été un échec.
Je lui ai donc demandé de me raconter ce qu’il s’était passé :

— Dites-moi, à quelle heure aviez-vous rendez-vous ?
— 9h
— A quelle heure êtes-vous arrivé ?
— 9h30
— Vous savez, la ponctualité, c’est très important en France. Il me répond :
— Oh, pour « 5 » minutes… !!"
Voyant qu’il ne comprenait pas l’importance de ma remarque, j’ai sorti une calculatrice et j’ai « joué » le rôle de l’employeur :
— Voyons, imaginons, aujourd’hui, vous avez 10 minutes de retard, demain 15 minutes, après-demain 5 minutes, etc. donc si on calcule sur une année (10+15+5…), vous m’avez fait donc perdre tant d’argent ! »
Cette démonstration avait permis à ce Monsieur de mieux comprendre les enjeux de la vie professionnelle.

Scénariser une situation et privilégier le dialogue permet de travailler en parallèle des compétences sociales, professionnelles et linguistiques.
Les mises en situation doivent être en prise directe avec les réalités linguistiques des migrants afin de les aider à s’intégrer efficacement et durablement en France.

[(Quels sont les objectifs et les perspectives à moyen terme de cet atelier ?)] L’accès à l’emploi et/ou à la formation professionnelle.
Tous les participants ont augmenté leur niveau d’employabilité et certains ont pu accéder à l’emploi, par le biais de missions temporaires notamment.
Les résultats s’avèrent très positifs pour les participants sur un plan personnel, social et professionnel.
Cette action sera reconduite en 2013 en intégrant cette même volonté de favoriser l’égalité des chances avec cet objectif final : aider les publics en difficulté langagière à accéder à l’emploi et à s’y maintenir durablement.

Article rédigé par Céline SERMEZE, plate-forme ALF Auvergne

Avec tous nos remerciements